La tarification en assurance

Vous vous êtes sûrement déjà demandé sur quoi était basée la tarification en assurance. Sur quelle base un assureur peut mettre un prix sur un risque donné ? Bien connaître la méthode utilisée pour déterminer les primes d’assurance peut vous permettre de mieux comprendre votre facture d’assurance en plus de vous faire économiser.

Tout d’abord, ceux qui établissent la tarification au jour le jour pour une compagnie d’assurance sont appelés des souscripteurs. Ils travaillent habituellement avec des tables de taux qui ont été calculés par des actuaires. Ceux-ci compilent et analysent l’historique des réclamations pour déterminer les probabilités que des événements se produisent. Par exemple, on peut déterminer qu’une maison sur 1000 brûle chaque année dans un quartier. La probabilité est donc approximativement d’une chance sur 1000 que votre maison brûle cette année. Un taux est donc établi avec cette probabilité, ce qui permet de calculer une prime d’assurance. Les actuaires ont donc pour mission de calculer les taux dont les souscripteurs se servent ensuite pour déterminer les prix. Le souscripteur doit utiliser son jugement afin de voir qu’elle est la nature du risque afin d’appliquer des surcharges ou des crédits sur le taux de base de l’assureur et ainsi mettre une prime pour chaque risque particulier.

La prime en assurance des biens est déterminée par un taux par tranche de 100$ de valeur. Le type de construction a souvent une grande influence sur le taux. Une construction en béton avec des gicleurs va donc profiter d’une tarification beaucoup plus avantageuse qu’une construction de bois parce que les chances qu’elle soit incendiée sont beaucoup plus faibles. C’est un élément à avoir en tête lorsque vous magasinez un nouvel emplacement, parce que cela vous coûtera toujours plus cher pour assurer vos biens dans un bâtiment avec une structure en bois. Le fait d’avoir des systèmes de protection, un bon historique de sinistre ou un bâtiment récent peut vous permettre d’aller chercher des crédits supplémentaires sur le taux de base de l’assureur et ainsi vous faire économiser.

Au niveau de la responsabilité civile la façon d’établir la tarification est évidemment différente étant donné que nous n’assurons pas un bien tangible, mais les dommages causés à autrui. Pour une entreprise, plus elle produit de biens ou qu’elle fait de travaux, plus elle a des chances de causer un préjudice à autrui. La prime est donc établie avec un taux par tranche de 1000$ de chiffre d’affaires. Quand le risque varie de façon importante selon le chiffre d’affaires, il peut être sur base d’ajustement annuel. Comme il est difficile de prédire avec exactitude le chiffre d’affaires à venir d’une entreprise, une prime provisionnelle est calculée et il y a un ajustement à la fin de l’année. Prenons un exemple :

  • Une entreprise prédit un chiffre d’affaires de 5 000 000 $ pour l’année 2005-2006. Son taux en responsabilité civile est de 5$ par tranche de 1000$.
    (5 000 000$ x 5$) / 1000$ = 25 000%.À la fin de l’année, l’entreprise n’a fait qu’un chiffre d’affaires de 4 449 333$. Elle aura donc droit à un crédit :
    (4 449 333$ x 5$) / 1000$ = 22 246.66$

    Le crédit à la fin de l’année est donc de (25 000$ – 22 246.66$) = 33$.

L’entreprise peut donc ainsi payer une prime qui reflète vraiment son risque. Si elle fait de mauvaises affaires une année, elle pourra bénéficier d’un crédit si sa tarification en responsabilité civile est sur base d’ajustement. La plupart des entrepreneurs dans le domaine de construction ont des polices d’assurance sur base d’ajustement. À noter aussi que la taxe est différence pour les produits d’assurance. Elle est de 9% pour les polices biens et responsabilité civile et 5% pour l’automobile.

Pour conclure, le fait de mieux comprendre comment est bâtie une tarification en assurance peut vous permettre de sauver de la prime en prenant les bonnes décisions pour minimiser votre risque.

(Visited 4  299 times, 11 visits today)

Répondre

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.