Règlement de sinistre en assurance

Une police d’assurance est fondamentalement une promesse de prestation de service en cas de réalisation d’un risque couvert. C’est donc uniquement à ce moment qu’on peut constater si on a fait de bons choix en matière d’assurance. Faire les bons gestes lors d’un sinistre peut vous permettre de faciliter la suite des choses et ainsi favoriser un retour à la normale dans les plus brefs délais. C’est d’ailleurs l’objectif de l’assurance : diminuer les impacts d’un sinistre et vous permettre de continuer vos activités.

Sinistre automobile

Il est important que vous ayez un constat à l’amiable dans votre coffre à gant. Ce document, élaboré par les assureurs, vous permet de prendre les informations nécessaires sans rien oublier. Évidemment, vous devriez aussi avoir les enregistrements du véhicule ainsi qu’une preuve d’assurance tel que requis par la loi.

En cas de collision, s’il n’y a pas de blessures corporelles, les policiers ne sont pas tenus de se déplacer. Dans ce cas, vous devez remplir avec toutes les parties un constat à l’amiable. Il est important que tous les véhicules ou personnes impliquées se retrouvent sur le constat afin que l’expert en sinistre puisse les contacter. Demandez de voir les papiers des tiers afin d’être sûr que l’information sur le constat est exacte et véridique. Si l’expert en sinistre n’est pas capable de retracer le tiers parce que les informations sur le constat ne sont pas complètes, vous pourriez avoir à payer une franchise même si vous êtes non-responsable étant donné que votre accident va se transformer en délit de fuite.

Une fois le constat rempli, si vous pouvez continuer de rouler avec le véhicule, contactez votre courtier ou votre assureur pour qu’ils vous conseille sur la procédure à suivre. Si vous ne pouvez rouler, indiquez au remorqueur le nom de votre garagiste habituel ou du concessionnaire de la marque de votre véhicule.

Au Québec, chaque personne doit être indemnisée par son propre assureur. C’est donc lui qui va déterminer votre degré de responsabilité, selon un barème fixe et qui va vous verser l’indemnité. En cas d’insatisfaction vis-à-vis du règlement, vous ne pouvez poursuivre que votre assureur. La convention d’indemnisation directe introduite en 1978 a permis d’augmenter la rapidité du règlement de sinistre en plus de conserver des frais de gestion faibles.

Sinistre biens

Évidemment, la première consigne pour ce type de sinistre est de contacter les autorités compétentes ! N’appelez pas votre courtier avant les pompiers ! Comme assuré vous avez l’obligation de réduire votre perte au minimum en protégeant vos biens au meilleur de votre capacité. Vous devez faire comme si nous n’étiez pas assuré ; un assureur ne vous reprochera jamais d’avoir essayé de sauver ce qui pouvait l’être et va même rembourser les dépenses que vous avez encourus pour le faire. Ces mesures ou réparations doivent cependant être temporaire dans le but de protéger vos biens. Ne régler pas la situation de manière permanente sans avoir le consentement de votre assureur. Conservez les reçus et, si possible prenez des photos.

Comme assuré, vous avez aussi comme devoir de rapporter la perte dans un délai raisonnable. Un sinistre est une situation traumatisante et stressante ; il est donc important que vous ne signez rien sous pression avec un entrepreneur ou un expert en sinistre indépendant. Prenez le temps de peser le pour et le contre et n’hésitez pas à demander conseil.

Aussitôt que la situation est stabilisée, vous devrez présenter une demande d’indemnité. Il vous faudra faire un inventaire des biens qui ont été endommagés et produire les pièces justificatives si possible. Plus votre demande sera documentée, plus le traitement sera rapide et vous allez pouvoir avoir l’indemnité maximale à laquelle vous avez droit. Si vous avez déjà fait cet inventaire et conservé une copie en lieu sûre, cela va vous aider grandement et accélérer votre demande d’indemnité. Vous pouvez aussi prendre des photos numériques et les conserver sur un serveur externe.

Dans toutes les étapes du règlement d’un sinistre vous avez l’obligation de collaborer avec l’assureur.  Une fois que votre demande d’indemnité est envoyée, la loi donne 60 jours à l’assureur pour vous indemniser. Il est important de garder en tête que l’assureur a avantage à vous indemniser rapidement, parce plus le dossier traîne en longueur, plus cela occasionne des frais de gestion. De plus, si vous êtes satisfait du règlement, cela va lui permettre de conserver une bonne réputation ainsi que votre fidélité en tant que client.

En cas de vol, vous devez faire rédiger un rapport de police et avoir un numéro d’événement. Si vous m’avez pas de système d’alarme, vous devriez en considérer l’achat. De plus, ne mettez pas les boîtes de vos nouveaux équipements aux rebuts parce que cela pourrait indiquer aux voleurs que vous êtes prêt à ce qu’ils reviennent ! Il n’est pas rare que des voleurs reviennent deux fois au même endroit une fois que les items volés ont été remplacés.

Il peut-être parfois tentant de gonfler le montant de la perte en se disant qu’on a suffisamment payé d’assurance et qu’il est temps d’en profiter. Cependant, ce genre de manipulation peut avoir de graves conséquences. Tout d’abord, on parle ici de fraude, ce qui est punissable en vertu du code criminel. De plus, votre assureur peut refuser de payer l’intégralité de votre perte si vous avez tenté de frauder et annuler immédiatement votre police. Il sera donc extrêmement difficile (et coûteux) de vous réassurer par la suite. La fraude aux assurances à aussi pour conséquence d’augmenter le prix général des primes.  Sur 100$ de primes perçues au Canada, 15$ vont dans les poches des fraudeurs.

Pour conclure, un sinistre qui se termine bien est une source de satisfaction pour le client, qui a l’impression d’avoir payé des primes avec raison, mais aussi pour son courtier qui sent qu’il contribue à la réussite financière de ses clients.

(Visited 779 times, 1 visits today)

Les commentaires sont fermés.