Les perles de l’assurance

En cette période automnale sûrement très occupée, nous laisserons de côté les aspects techniques de l’assurance pour nous intéresser aux phrases que les assurés mettent parfois dans leurs déclarations de sinistre. Voici quelques déclarations cocasses afin de vous divertir et pour vous prouver que l’assurance peut aussi être amusante en plus d’être utile :

  • Vous refusez de régler mon incendie sous prétexte que je n’ai pas payé ma prime. Je vous rappelle pourtant que, l’année dernière, j’avais payé ma prime sans avoir d’incendie. Où est la justice là-dedans ?
  • Pourriez-vous me donner la date d’expiration de mon assurance incendie pour que je sache jusqu’à quand je peux réclamer.
  • L’autre voiture a frappé la mienne sans m’avertir de ses plans.
  • J’ai reçu une branche sur la tête alors que je faisais une petite sieste, au soleil, pendant la pause. Pensez-vous qu’il s’agisse d’un accident de travail?
  • Ci-joint, le remboursement du trop perçu lors de l’ajout d’un fils occasionnel.
  • Je confirme que c’est bien l’un des chasseurs qui a tué mon chien d’un coup de fusil. J’ai porté plainte à la gendarmerie, je vous ai adressé ma déclaration, j’ai envoyé une lettre de réclamation au responsable. La balle est maintenant dans le camp de ce tireur fou.
  • Mon enfant n’a pas une bonne glande tyrolienne
  • Il y a cinq mois que je suis enceinte, et je n’ai pourtant rien touché.
  • L’enquête a démontré que l’incendie avait été allumé à l’aide d’un feu.
  • Dès que l’homme fut abattu, nous avons pu procéder à son interrogatoire.
  • Je vous adresse comme convenu mon constat amiable. Pour être sûr de ne rien oublier, j’ai fait des croix dans toutes les cases.
  • J’ai eu plusieurs accidents de voiture, sans être jamais responsable, et mon assureur ne veut plus entendre parler de moi. Pouvez-vous m’indiquer le nom d’une société d’assurance qui accepte de garantir les malchanceux?
  • Depuis que mon mari est mort, il n’y a plus de bêtes sur la ferme.
  • Je prends un moment de silence pour vous envoyer un mot.
  • Le pauvre type était partout à la fois. J’ai été obligé de donner plusieurs coups de roue avant de le frapper.
  • En vous remerciant par avance, je reste dans la tente de votre chèque de règlement.
  • Mon mari s’est toujours bercé au même endroit et il a perforé le tapis.
  • J’avoue que mon fils est responsable de cet accident, mais il faut aussi noter que cette personne s’est conduite de façon fort cavalière: elle est même montée sur ses grands chevaux pour me faire la morale.
  • Mon fils ne peut être civilement responsable de cet accident puisqu’il est militaire.
  • Je vous serais obligé de m’adresser le courrier concernant mon accident à un de mes amis car, pour la passagère blessée, ma femme n’est pas au courant, et il vaut mieux pas. Je compte sur votre compréhension pour ne pas déshonorer un honnête père de famille.
  • L’accident est survenu alors que je changeais de fille.
  • Depuis son accident, ma femme est encore pire qu’avant. J’espère que vous en tiendrez compte.
  • J’ai vu le vieil homme et son visage triste lorsqu’il a rebondi sur mon capot
  • Je ne suis pas du tout d’accord sur le montant que vous m’allouez pour les bijoux. Ca ne représente même pas la somme des deux choses de mon fils, dont je vous ai envoyé les photos.
  • Vous me dites que Mlle X réclame des dommages-intérêts sous prétexte qu’elle a été légèrement défigurée après l’accident. Sans être mauvaise langue, il faut bien avouer que, même avant l’accident, cette malheureuse n’avait jamais éveillé la jalousie de nos concitoyennes.
Lors de votre prochaine demande d’indemnité, faites attention à ce que vous écrivez si vous ne voulez pas être dans la prochaine édition des perles de l’assurance ! Pour toute question concernant l’assurance ou pour des commentaires, n’hésitez pas à me contacter.
(Visited 451 times, 1 visits today)

Répondre

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.