Secours lors d'un tremblement de terre

Bien comprendre l’assurance tremblement de terre

Le Bureau d’assurance du Canada (BAC) travaille depuis plusieurs années à sensibiliser le public sur l’importance de se prémunir contre les conséquences financières d’un tremblement de terre.

Malheureusement, il existe encore une fausse perception du risque de tremblement de terre au Québec. Des chiffres récents montrent que seulement 3% des ménages québécois sont assurés pour les tremblements de terre. Pourtant, 33% des répondants au sondage du Bureau d’assurance du Canada se pensent couverts par leur police d’assurance habitation et 87 % des ménages québécois pensent ne pas être concernés par un tel péril !

Lumière sur le grand malentendu de l’assurance tremblement de terre…

 

Un risque de tremblement de terre au Québec?

 

Les experts nous disent que les chances d’un cataclysme important au Québec sont de 15% dans les 50 prochaines années. En Colombie-Britannique, la probabilité monte à 30%. Or, une chance sur six, soit la même probabilité que la roulette russe, n’est certainement pas négligeable ! Chaque année, 4000 séismes sont enregistrés au Canada. La plupart sont sans impact et les chances d’un méga séisme sont plus faibles dans le corridor Québec-Montréal-Ottawa que dans l’ouest du Canada, mais nous aurions tort de négliger ce risque car un séisme de grande ampleur reste possible.

Dans une étude d’octobre 2013, le BAC étudie le scénario d’un séisme de 7,1 dans la région de Charlevoix (soit la même force que celui de Haïti en 2010). Lors d’un tel sinistre, les dommages seraient principalement concentrés dans la région de Québec où les édifices en béton non armé et les édifices patrimoniaux seraient particulièrement touchés.

L’étude analyse un scénario de pertes non assurées qui pourraient atteindre 60 milliards de dollars et de pertes assurées d’environ 12 milliards. Évidemment, c’est sans compter les conséquences économiques extrêmement importantes et le coût humain sans précédent qu’engendrerait une telle catastrophe.

 

Comment se protéger contre un séisme ?

 

Il est primordial que la population soit sensibilisée aux risques de tremblement de terre et que chacun soit conscient des limitations de son contrat d’assurance. La plupart des contrats d’assurance habitation comportent des exclusions pour les dommages causés par un tremblement de terre. Cette protection doit donc être ajoutée par avenant au contrat de base. Si vous n’avez pas cet avenant, vous n’êtes simplement pas couvert !

Les propriétaires de copropriétés sont souvent les mieux couverts pour ce type de sinistre. Malgré les problèmes d’assurance dans ce secteur, les syndicats de copropriété sont en effet très nombreux à souscrire une couverture tremblement de terre. Les administrateurs devant assurer le bien d’autrui, ils sont généralement plus prudents et optent pour une couverture tremblement de terre ainsi qu’une couverture inondation.

En tant que copropriétaire, veillez à valider que vous avez l’avenant sur la police d’assurance du syndicat. Aussi, notez que vos biens personnels ne sont pas couverts par cette police.

En tant que propriétaire de maison, vous devriez discuter avec votre courtier d’assurance de la prime additionnelle pour assurer les tremblements de terre. Lorsque vous serez au fait des différentes primes, vous serez en mesure de prendre une décision éclairée.

Les risques de tremblement de terre sont faibles mais bien réels. Contactez nos courtiers chez Gaudreau Assurances pour plus d’informations sur les protections que nous proposons. Vous apprécierez les avantages de faire affaire avec un courtier.

(Visited 260 times, 1 visits today)

Répondre

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.