Gérez les risques de votre entreprise pour une meilleure assurance

Gérez les risques de votre entreprise pour une meilleure assurance!
Le facteur de risque dans le domaine de l’assurance est la possibilité que survienne un sinistre qui aura un impact direct sur les activités de l’entreprise. Pour contrer les effets négatifs d’un évènement défavorable, l’entreprise fera une demande de réclamation. Cela n’est toutefois pas souhaitable, autant pour l’entreprise que pour la compagnie d’assurance.
En faisant une gestion des risques de façon exhaustive et bien calculée, l’entreprise pourra alors faire des économies en ajustant le niveau des franchises de son assurance entreprise et, par le fait même, comprendre les risques auxquels elle est exposée pour ainsi être bien préparée en cas de sinistre.
Comment bien gérer les risques?
Les compagnies d’assurance parcourent plusieurs étapes dans le but de déterminer le montant de la prime annuelle qui devra être déboursée par les entreprises ainsi que les différentes clauses couvertes.
Si vous souhaitez réduire le plus possible cette prime, il faut analyser les risques de votre compagnie et tenter de les réduire au minimum. Pour ce faire, il est pratique d’utiliser l’outil de la feuille de travail du Processus de gestion du risque du Bureau d’assurance du Canada, pour ne pas omettre aucun élément essentiel au calcul de gestion du risque.
Dans un premier temps, il est primordial de recenser les risques de sinistre. Bien entendu, les risques dépendent directement des activités commerciales de votre entreprise. Ces derniers pourraient être par exemple un employé ou un visiteur qui glisse sur un plancher humide, un employé qui détourne des fonds de l’entreprise ou encore un client ou ancien employé revienne vers vous en prônant que ses droits ont été violés. Pour vous aider, vous pouvez regarder les statistiques de votre industrie, les plaintes générales des clients ainsi que les expériences d’entreprises similaires à la vôtre.
Après avoir effectué cette liste, il faudra évaluer chacun des risques, en nombre et en gravité des sinistres. Certes, ce ne sont pas tous ces risques qui ont la même probabilité de se produire, autant en fréquence, qu’en importance, au niveau des dommages à l’entreprise. La gravité en terme monétaire est un autre élément qui devra être considéré. Par exemple, une entreprise au sein de votre domicile dont les activités se limitent au courriel et aux appels téléphoniques sera alors beaucoup moins à risque qu’une société de transport de marchandises par camion par exemple.
Troisièmement, il est essentiel d’examiner les options s’offrant à vous pour diminuer le risque. Par exemple, votre organisation peut-elle éliminer un service ou un produit trop risqué? Quelles activités de prévention pourriez-vous mettre en place pour diminuer les probabilités qu’un risque ne survienne? Quelles nouvelles politiques pourriez-vous mettre en place pour modifier ou atténuer les risques? Pourriez-vous transférer le risque à une autre société?
À la suite de cet examen, il faudra décider des options à préconiser qui offrent le meilleur rapport efficacité/prix et mettre en œuvre les options choisies à l’aide d’un plan de gestion de risque.
Finalement, il est important de surveiller les résultats anticipés et, compte tenu de l’évolution constante de toute entreprise, réévaluer le plan chaque année pour qu’il soit le plus adéquat possible qu’en à la réalité de votre entreprise. Un plan exhaustif révisé vous permettra de constater si vous êtes surévalué ou encore, sous-évalué. Si tel est le cas, vous pourrez alors ajuster votre assurance entreprise à vos nouveaux besoins.
Pour conclure, tenez des dossiers exacts sur l’évolution de votre plan de gestion de risque. Cela démontrera à votre assureur que vous avez à cœur la gestion des risques possibles et, par le fait même, une bonne responsabilité sociale envers la collectivité.
Source : http://www.ibc.ca/fr/Business_Insurance/Risk_Management/Process.asp#exercise

Le facteur de risque dans le domaine de l’assurance est la possibilité que survienne un sinistre qui aura un impact direct sur les activités de l’entreprise. Pour contrer les effets négatifs d’un évènement défavorable, l’entreprise fera une demande de réclamation. Cela n’est toutefois pas souhaitable, autant pour l’entreprise que pour la compagnie d’assurance.

En faisant une gestion des risques de façon exhaustive et bien calculée, l’entreprise pourra alors faire des économies en ajustant le niveau des franchises de son assurance entreprise et, par le fait même, comprendre les risques auxquels elle est exposée pour ainsi être bien préparée en cas de sinistre.

Comment bien gérer les risques?

Les compagnies d’assurance parcourent plusieurs étapes dans le but de déterminer le montant de la prime annuelle qui devra être déboursée par les entreprises ainsi que les différentes clauses couvertes.

Si vous souhaitez réduire le plus possible cette prime, il faut analyser les risques de votre compagnie et tenter de les réduire au minimum. Pour ce faire, il est pratique d’utiliser l’outil de la feuille de travail du Processus de gestion du risque du Bureau d’assurance du Canada, pour ne pas omettre aucun élément essentiel au calcul de gestion du risque.

Dans un premier temps, il est primordial de recenser les risques de sinistre. Bien entendu, les risques dépendent directement des activités commerciales de votre entreprise. Ces derniers pourraient être par exemple un employé ou un visiteur qui glisse sur un plancher humide, un employé qui détourne des fonds de l’entreprise ou encore un client ou ancien employé revienne vers vous en prônant que ses droits ont été violés. Pour vous aider, vous pouvez regarder les statistiques de votre industrie, les plaintes générales des clients ainsi que les expériences d’entreprises similaires à la vôtre.

Après avoir effectué cette liste, il faudra évaluer chacun des risques, en nombre et en gravité des sinistres. Certes, ce ne sont pas tous ces risques qui ont la même probabilité de se produire, autant en fréquence, qu’en importance, au niveau des dommages à l’entreprise. La gravité en terme monétaire est un autre élément qui devra être considéré. Par exemple, une entreprise au sein de votre domicile dont les activités se limitent au courriel et aux appels téléphoniques sera alors beaucoup moins à risque qu’une société de transport de marchandises par camion par exemple.

Troisièmement, il est essentiel d’examiner les options s’offrant à vous pour diminuer le risque. Par exemple, votre organisation peut-elle éliminer un service ou un produit trop risqué? Quelles activités de prévention pourriez-vous mettre en place pour diminuer les probabilités qu’un risque ne survienne? Quelles nouvelles politiques pourriez-vous mettre en place pour modifier ou atténuer les risques? Pourriez-vous transférer le risque à une autre société?

À la suite de cet examen, il faudra décider des options à préconiser qui offrent le meilleur rapport efficacité/prix et mettre en œuvre les options choisies à l’aide d’un plan de gestion de risque.

Finalement, il est important de surveiller les résultats anticipés et, compte tenu de l’évolution constante de toute entreprise, réévaluer le plan chaque année pour qu’il soit le plus adéquat possible qu’en à la réalité de votre entreprise. Un plan exhaustif révisé vous permettra de constater si vous êtes surévalué ou encore, sous-évalué. Si tel est le cas, vous pourrez alors ajuster votre assurance entreprise à vos nouveaux besoins.

Pour conclure, tenez des dossiers exacts sur l’évolution de votre plan de gestion de risque. Cela démontrera à votre assureur que vous avez à cœur la gestion des risques possibles et, par le fait même, une bonne responsabilité sociale envers la collectivité.

Tableau Gestion Risque
Tableau Gestion Risque

Source : http://www.ibc.ca/fr/Business_Insurance/Risk_Management/Process.asp#exercise

(Visited 165 times, 1 visits today)

Répondre

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.